Aux origines du test logiciel
To the origins of the test

Aux origines du test logiciel

Avec l’essor d’Internet et son accès au grand public fin des années 90, les outils digitaux se sont multipliés. Des nouveaux métiers sont apparus avec son jargon informatique qui nous est devenu familier (adresse URL, développeur, Web 2.0, application, surfer, digital…). Le test logiciel (ou Assurance Qualité ), évoluant pourtant sur cette vague, reste à ce jour encore méconnu.

En informatique le test logiciel est une procédure de vérification partielle ou totale d’un système. Il identifie les comportements problématiques afin d’être corrigés. Il permet alors d’améliorer ou de faire fonctionner l’outil testé. Ce besoin, qui représente une part importante du développement Web, existe pourtant depuis près de 40 ans. Soit bien avant l’ère de l’internet et, plus généralement, de l’informatique grand public.

Retour dans le passé

Il était une fois en Californie, dans le centre de recherche de XEROX à Palo Alto. Là, une employée a écrit que le Palo Alto Research Center utilisait des tests intensifs d’utilisabilité sur le Xerox Star. Ordinateur sorti en 1981.

Xerox Star by Marcin Wichary

Puis Scott Cook, cofondateur d’Intuit, a affirmé avoir « réalisé des tests utilisateurs en 1984, cinq ans avant tout le monde… Il y a une très grande différence entre le faire et laisser le faire par des ingénieurs qui ont été impliqués au cœur du projet ». Il évoque la notion du test utilisateur à travers le livre The Inside Intuit book.

Des études sur les tests utilisateurs sont sorties au début des années 90. Celle de Jakob Nielsen spécialiste de l’ergonomie des interfaces a retenu l’attention des professionnels. En 1993 il rédige avec son confrère Thomas Landauer l’article « A mathematical model of the finding of usability problems« . Cet article a pour objectif de répondre à la question suivante « Combien faut-il d’utilisateurs pour faire un test utilisateurs avec le meilleur rapport qualité/prix ? ». Ils déterminent que 5 utilisateurs suffisent pour trouver 85% des problèmes d’utilisabilité. Et qu’un seul utilisateur pourrait détecter en moyenne 31% des problèmes. Pour en arriver à cette affirmation, Jakob Nielsen se repose sur la formule mathématique (P (i) = N(1-(1-L)i)) où P est le nombre de problème, i l’utilisateur et L la proportion de problèmes rencontrés par i.

D’autres études ont remis en question ce résultat précisant que des variables n’étaient pas prises en compte. Dans la réalité, le nombre de problème remonté dépend aussi d’autres critères comme la conception du site, les objectifs de l’utilisateur ou encore la multiplication des configurations. Aussi la classification des problèmes de mineur à critique varie d’une équipe à une autre.

Le métier du test logiciel

Aujourd’hui le test logiciel est indissociable de tout projet de développement d’outils digitaux. Il s’agit d’une méthode qualitative effectué par des professionnels du métier qui détectent les problèmes fonctionnels et d’utilisabilités d’une interface. Les testeurs sont de plus en plus impliqués en amont des développements. Ils sont même intégrés aux équipes lorsque le projet est développé en mode agile.

Le métier c’est professionnalisé avec des normes ISO et des certifications comme l’ISTQB. Le testeur est le tiers de confiance. Il donne l’indice de confiance qu’on peut avoir dans le développement d’une app. Il en découle la sérénité pour déployer ou non en production. Avec l’avènement de l’agilité et le rythme toujours plus effréné des livraisons, l’équipe de test est devenue au fil des ans un poste hautement stratégique dans les organisations digitale.

Chaque projet a ses propres spécificités et contraintes. L’étude des besoins, des personas, de la documentation, des User Stories permet aux test leader de mettre en place une stratégie de tests adéquate. La conception des cas de tests et des jeux de données ainsi que la mise en place des environnements de tests est un travail demandant de plus en plus d’expertise aux testeurs.

Enfin le testeur apporte son expérience dans la sélection du panel de configurations à tester : desktop, iOS, android, smartphones, tablettes, etc.

Quels risques de non-tester son système?

Aujourd’hui, le consommateur a une multitude de choix en support digitaux. Il a accès à une source d’information quasi illimitée sur le net. Il est hyper sollicité et très volatile sur le web. Afin d’attirer son attention et de garder les clients, le système doit parfaitement fonctionner. Au moindre bug majeur, l’utilisateur aura des doutes sur la qualité de service. Dès lors il y a une forte probabilité qu’il ne finisse pas son action (transaction d’achat par exemple). Dans la majorité des cas, il ne reviendra pas sur le site. Il ira certainement chez la concurrence. Les répercussions d’un bug peuvent donc avoir de très fortes répercussions négatives sur le business et l’image de la marque.


Le défi est lancé : les entreprises sont obligées de faire appel à des spécialistes du test logiciel pour éradiquer les bugs si ils veulent garder les Internautes sur leurs sites et apps mobiles. N’attendez pas que vos clients remontent les bugs pour tester votre application et votre site web.


Source :
https://blog.thiga.co/mythes-et-realites-sur-les-tests-utilisateurs/
https://blocnotes.iergo.fr/articles/tests-utilisateurs-mythes-et-realites/
https://fr.wikipedia.org/wiki/Test_utilisateur

Written by
Testing Studio
Join the discussion

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rocket Your App To the Next Level

Votre Spécialiste Assurance Qualité Pour Vos Sites Web Et Applications Mobiles. Nous fournissons des services de test pour tout ce qui apparaît sur un écran et interagit avec un humain. Parlons test!